Les lycées de Bréhoulou et Maria Montessori se retrouvent à Verdun

Il y a cent ans, la France et l’Allemagne connaissaient à Verdun une des pages les plus sanglantes de la seconde guerre mondiale. Le jumelage Fouesnant Meerbusch s’est joint au projet du lycée de Bréhoulou et de la  Mairie de Fouesnant pour organiser une rencontre franco-allemande dans ce lieu si symbolique des combats qui ont longtemps marqué les relations entre les deux pays.

C’est à Reims que ce sont retrouvées deux classes du lycée de Bréhoulou et des élèves de deux classes du lycée Maria Montessori de Meerbusch. Les deux groupes étaient accompagnés de leurs professeurs, de représentants du jumelage et d’anciens combattants venus de Bretagne.
La jonction des groupes a eu lieu lundi après-midi au Musée de la Grande Guerre à Meaux où une visite guidée très complète était organisée. Un lieu exceptionnel qui vaut vraiment le détour pour la richesse de ses collections, objets, documents présentant le conflit du point de vue français et allemand. Pour les élèves, une entrée très directe dans la réalité de la première guerre mondiale avec des reconstitutions émouvantes.

La journée du mardi a été remplie d’émotion et de temps très forts avec plusieurs visites au cœur de ce qu’il reste d’un terrible champ de bataille qui fit des millions de morts français et allemands.
Une commémoration était organisée à l’Ossuaire de Douaumont avec dépôt d’une gerbe au nom des deux lycées. Pour ce moment solennel, les jeunes se sont impliqués directement en portant les drapeaux et en chantant leurs hymnes nationaux. L’émotion était palpable et les silences profonds.
La projection du film « Verdun, des hommes de boue », les milliers de croix du cimetière et la vision des ossements en ont laissés plus d’un sans voix devant une telle boucherie dont on cherchait en vain le sens.
C’est ensuite une plongée au cœur du fort de Douaumont et des kilomètres de galeries enterrées qui attendaient les élèves. Une projection sans fard dans les terribles conditions de vie – et de mort – des soldats des deux armées qui occupèrent chacune leur tour ce fort.
La pause de midi au restaurant chez Nath à Verdun a permis à chacun d’échanger ses impressions dans une très bonne ambiance avant de prendre le chemin de la Citadelle souterraine pour une visite des galeries et de nombreuses reconstitutions très réussies de la vie quotidienne des Poilus dans ce fort.
Enfin, c’est à la tranchée des baïonnettes que s’est terminée cette journée avec une remise de pins aux jeunes porteurs de drapeaux et de gerbes par les anciens combattants.
Le groupe allemand a profité de la matinée du mercredi pour visiter le centre ville de Reims et la cathédrale avant de reprendre la route.

Pour notre génération, ce déplacement a remué beaucoup de souvenirs de famille, d’histoires racontées par nos grands-parents. Pour les plus jeunes, une prise de conscience de la folie guerrière qui a engendré des millions de morts, marqué durablement nos deux pays, laissé s’installer ensuite la rancœur et les extrémismes qui ont conduit à la seconde guerre mondiale.
Un grand merci à Joël Chandelier, correspondant défense à Fouesnant, qui a mis sur pied ce voyage et qui sait si bien associer les différentes générations autour de valeurs communes et au Förderverein représenté par Lothar Beseler pour sa contribution financière à ce projet.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos : Joël Chandelier, Claude Rocuet, Eric Ligen

Vidéo de la Cérémonie à  l’ossuaire de Douaumont

Vor 100 Jahren erlebten Deutschland und Frankreich ein der schlimmsten Kapitel des 2. Weltkrieges: der Kampf um Verdun, der sehr lange die beiden Länder geprägt hat.
Die Partnerschaft hat sich an das Projekt des Agrar-Gymnasium Bréhoulou beteiligt um in Verdun ein deutsch-französisches Treffen zu organisieren.
Die beiden Gruppen (2 Klassen aus Fouesnant und aus Maria-Montessori-Gymnasium aus Meerbusch) waren in Reims stationiert und wurden von Lehrern, Partnerschaftsmitgliedern und Veteranen begleitet.
Der Treffpunkt fand am Montagnachmittag in Musée de la Grande Guerre in Meaux statt. Dieses Museum ist schon eine Reise wert: tausende historische Gegenstände, Dokumente und eindrucksvollen Szenen, die sowohl die französische Version als auch die deutsche erklären. Ein sehr konkreter Sprung ins Alltagsleben des 1.WK für die Schüler.

Dienstag war reich an Emotion mit mehreren Besichtigungen im Raum der Schlachtfelder von Verdun wo Millionen von Soldaten gefallen sind. Im Ossarium von Douaumont wurde einen deutsch-französischen Kranz niedergelegt. Die Jugendlichen von beiden Gymnasien beteiligten sich daran und sangen ihre Nationalhymne. Vor dem Film „Verdun, die Männer, der Schlamm!“, der tausenden Grabkreuzen und dem Gebein des Ossariums blieben viele sprachlos.
In den kilometenlangen Galerien der Douaumont-Festung die von beiden Armees festgenommen wurde konnten wir dann die Lebens- und Todesbedingungen der Soldaten spüren.
Zum Mittagessen in Verdun konnten alle in guter Stimmung ihre Eindrücke austauschen bevor es zur unterirdischen Citadelle von Verdun ging wo historischen Nachstellungen gezeigt wurden.
Der Tag endete beim Bajonetten-Schützengraben wo die Fahnen und Blumenträger von Veteranen symbolisch dekoriert wurden.
Am Mittwoch konnte die deutsche Gruppe vor der Abfahrt noch das Zentrum und Dom von Reims besichtigen.

Für unsere Generation hat diese Reise an vielen Familienandenken, Geschichten von unseren Großeltern erinnert. Für die Jüngeren war es ein konkretes Bewusstsein des Wahnsinns, der zu Millionen Opfer geführt hat, der unsere beiden Länder verletzt hat. Schließlich haben die Konfliktfolgen Ressentiment und Extremismus installiert, dass zum 2. WK geführt haben.
Ein großes Dankeschön an Joël Chandelier von der Stadt Fouesnant, der diese Reise vorbereitet und organisiert hat, und der so gut die Generationen um gemeinsame Werte bindet. Vielen Dank auch an den Förderverein Meerbusch-Fouesnant – vertreten von Dr. Lothar Beseler – für seine finanzielle Unterstützung.

Video der kranzniederlage im Ossarium von Douaumont

Le télégramme.fr - 6 octobre 2016

Le télégramme.fr – 6 octobre 2016

Extratipp am Sonntag - Meerbusch - 7.10.2016

Extratipp am Sonntag – Meerbusch – 7.10.2016

 

 

Blickpunkt Wirtschaft schreibt über die Partnerschaft mit Fouesnant

Blickpunkt Wirtschaft Sommer 2016La relation franco-allemande est une valeur très chère à la ville de Meerbusch. Le magazine municipal Blickpunkt Wirtschaft relate dans ses colonnes quelques exemples de la francophilie meerbuschoise, illustrée par les propos de Gabi Pricken, présidente du comité de jumelage en Allemagne, Boris Neisser, organisateur de la Fête française de Düsseldorf, et Angelika Mielke-Westerlage, maire de Meerbusch.

Trois jours d’amitié intense à Meerbusch

Un grand merci à nos amis allemands pour leur accueil le week-end dernier à Meerbusch et le programme bien rempli de ces journées.
Les Anciens Jeunes inauguraient une nouvelle formule de rencontre à Meerbusch : comme cela s’est fait pendant de nombreuses années, des jeunes accompagnaient ceux qui ne le sont plus tout à fait.
Ce mélange inter-générationnel redonne du souffle au jumelage et des perspectives pour l’avenir. Tous les participants étaient ravis de leur séjour et sont prêts à revenir.
Une fois de plus, la magie de ce jumelage a fonctionné : un accueil dans les familles chaleureux et simple, une ambiance conviviale, un véritable programme alliant culture et détente, une complémentarité efficace entre le jumelage et les deux municipalités… et une amitié exemplaire depuis bientôt cinquante ans.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos : Nicolas Merrien, E. Ligen, Stadt Meerbusch

Ein großes Dankeschön an unsere Meerbuscher Freunde für ihre Gastfreundschaft am Wochenende in Meerbusch und das volle schöne Programm.
Eine neue Kombination für die Anciens Jeunes : wie früher und jahrelang gemacht, begleitete die jüngere Generation die, die doch nicht ganz die jüngsten sind.
Diese Mischung bringt neue Luft und Zukunftsperspektiven in die JumeLage. Alle Teilnehmer waren von diesen Tagen begeistert und möchten gerne wieder kommen.
Noch einmal hat die Magie dieser Partnerschaft gewirkt: ein freundlicher und unkomplizierter Empfgang in den Familien, eine gute Stimmung, ein Programm mit Kultur und Spaß, und eine effiziente Komplementarität zwischen Partnerschaftskomitees und die beiden Städten… und natürlich noch eine beispielhafte Freundschaft seit nun fast 50 Jahren.
Le-Télégramme-2016-07-05

Déplacement à l’occasion de la fête de la Mairie de Meerbusch

juillet-2016A l’invitation de Mme la Maire Angelika Mielke-Westerlage, le jumelage Fouesnant-Meerbusch organise un déplacement dans notre ville jumelle du 30 juin au 4 juillet.
Nous souhaitons y associer des représentants d’associations du pays fouesnantais qui souhaitent lier des liens avec des associations de Meerbusch mais aussi des anciens participants au jumelage (dans la limite des places disponibles).
Départ en bus le jeudi 30 juin en fin de journée, retour le lundi matin à Fouesnant 8.00 h. Une participation de 50 € est demandée par personne. Logement à Meerbusch dans des familles.
Au programme : visite guidée de Cologne, Kleve (Clèves), randonnée cycliste, fête de la ville de Meerbusch.
Les élèves qui souhaitent rendre visite à leurs correspondants allemands sont également les bienvenus.
Contact et renseignements : fouesnant-meerbusch@orange.fr

Anlässlich des Meerbuscher Rathausfestes wird eine Fouesnant-Delegation in Meerbusch vom 30.6. bis 3.7. sein.
Busfahrtmöglichkeiten nach Fouesnant stehen für Jugenlichen gerne zur Verfügung.
Kontakt: Gabi Pricken

35 fouesnantais à Meerbusch pour la Saint Nicolas

IMG-20151205-WA0006Bus commun pour se rendre à Meerbusch à l’occasion de la Saint Nicolas pour une bonne vingtaine d’Anciens Jeunes, mais aussi des représentants de différentes associations fouesnantaises afin de prendre ou reprendre des contacts outre-Rhin.

3 jours et 2200 km plus tard, tous sont rentrés fatigués mais ravis de leur escapade en Rhénanie-Westphalie.
Arrivés à 8h30 Fouesnant Platz, le groupe a été accueilli pour un petit déjeuner par Mme la Maire de Meerbusch et les Anciens Jeunes.
Un programme festif et sympathique nous attendait, à commencer par l’incontournable visite de la vieille ville de Düsseldorf, une première pour beaucoup. Chacun y a passé l’après-midi selon ses affinités : brasserie, shopping ou visite du quartier futuriste Medien Hafen. Comme souvent en cette période, les places de restaurant étaient inaccessibles, mais chacun a ainsi pu déguster une saucisse sur le pouce au marché de Noël installé place de la mairie.

La journée de samedi a commencé par une virée shopping au magasin d’usine de Engelsfabrik (fabricant de bougies) et de Griesson- De Beukelaer (biscuiterie/confiserie), de quoi garnir les sapins et décorer les intérieurs fouesnantais. En fin de matinée nous avons pu (re)découvrir le centre ville de Kempen et son marché de Noël et déguster différentes variétés de vin chaud. Nous avons ensuite retrouvé le cadre typique et chaleureux du domaine de Gut Heimendahl, une propriété de 100 hectares où sont concentrées élevage d’agneaux, de porcs, d’oies, transformation en produits locaux, et restaurant/musée traditionnel où nous avons dégusté l’excellente spécialité de soupe de pois/saucisses.

La nuit commençait déjà à tomber quand tout le groupe s’est retrouvé au cimetière de Strümp pour une petite cérémonie à la mémoire de Coco. (Lire par ailleurs)
C’est ensuite une belle soirée qui nous attendait au Winterwelt à Büderich, à l’invitation de Angelika Mielke-Westerlage. Bière locale, plat typique (Grünkohl), et musique ont réuni tout le groupe et leurs hôtes dans une joyeuse ambiance que tout le monde a appréciée. Les bretons ont même réussi à faire danser Matmatah à de nombreux Meerbuschois présents à cette soirée ! La soirée s’est prolongée pour quelques-uns à la Pähd, lieu de rendez-vous des Anciens Jeunes à Lank.

Toute l’équipe s’est retrouvée le lendemain midi à Lank pour le marché de Noël, ponctué par l’arrivée de Saint Nicolas, une fête très importante en Allemagne.
Le stand du jumelage n’a pas désempli entre dégustation de cidre chaud (merci Eugène), champagne, vin blanc et huîtres de La Forêt-Fouesnant. Les brochures de l’Office de Tourisme et de la Riviera Bretonne étaient à disposition des visiteurs. Le stand a été le point de rendez-vous pour de nombreux amis, et l’occasion d’échanges entre les différents groupes présents : jumelage adulte, anciens jeunes, patchwork, pétanque, chorale…
Comme toujours l’après-midi a passé bien trop vite et on a eu bien du mal à se quitter et à remonter dans le bus. Une fois de plus, l’alchimie si particulière de notre jumelage a fonctionné et le cru 2015 de notre visite à Meerbusch restera longtemps dans nos mémoires.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos/Bilder: Christine Ditière, Rainer Grund, Christian Barnier, Jacques Saliou

Gemeinsame Busfahrt nach Meerbusch zum Nikolaus  für 20 Anciens Jeunes, sowie Vertreter anderer Vereinen aus Fouesnant um neue Kontakt in der Partnerstadt zu knüpfen.
Nach 3 tagen und 2200 Km-Fahrt, sind alle müde aber von ihren Ausflug begeistert zu Hause angekommen.

Um 8.30 Uhr Freitag, kam der Bus an Fouesnant-Platz an. Die Anciens Jeunes Meerbusch und Bürgermeisterin Angelika Mielke-Westerlage begrüßten die Franzosen zum Frühstück im Evangelischen Gemeindehaus Strümp.
Ein festliches Programm begann am Nachmittag mit einem umungänglichen Besuch in die Düsseldorfer Altstadt, eine Premiere für viele. Die Gruppe verteilte sich dann in verschiedenen Richtungen: Brauhaus, Shopping oder Besichtigung des Medienhafens… und eine obligatorische Haltestelle an den Wurstständes am Rathausplatz.

Das Samstagsprogramm fing auch mit Shopping an beim Werksverkauf von Griesson-De Beukelaer und Engels Kerzenfabrik. Damit haben die Franzosen  ihre Weihnachtsdekoration und Geschenke ergänzt. Wir besuchten anschließend den Kempener Weihnachtsmarkt wo die verschiedenen Glühweinsorten probiert wurden.
Mittags hat die Erbsensuppe im Gut Heimendahl allen sehr geschmeckt und wir waren von der typischen deutschen Stimmung dieses Lokals begeistert.

Es wurde schon dunkel, als die Gruppe sich am Strümper Friedhof um das Grab von Coco versammelt hat (siehe hier).
Abends waren wir von Angelieka Mielke-westerlage in der großen Hütte der Büdericher Winterwelt eingeladen. Lokales Altbier, Grünkohl und Musik haben für die gute Stimmung gesorgt. Die Bretonen brachten sogar viele Meerbuscher den bretonischen Tanz bei! La Pähd war dann für einige die letzte Etappe des Tages (oder habe ich noch etwas verpasst ?)
Zum Nikolausmarkt am Sonntag war der Stand der Jumelage voll. Champagner, Austern, Glühcidre und Weißwein sowie Tourismumsinformation brachten bretonische Stimmung in Lank. Es wurde über neue Austausche diskutiert, von Quilt bis Künstlern und viele Freunde hatten sich am Stand verabredet.
Wie immer ging die Zeit viel zu schnell und man wollte kein Abschied von Freunden nehmen. Noch einmal hat die Alchemie unserer Partnerschaft gewirkt und dieser Beusch in Meerbusch wird lange noch in unseren Herzen bleiben.

Attentats de Paris : le soutien de Meerbusch aux français

attentats-parisL’amitié n’est pas un vain mot, surtout quand il s’agit de Meerbusch et de Fouesnant.
Dès le lendemain matin des tragiques attentats de Paris, Angelika Mielke-Westerlage, maire de Meerbusch a adressé ce message de soutien à Roger Le Goff, maire de Fouesnant et au comité de jumelage. De nombreux autres message de nos amis allemands nous sont aussi parvenus. Merci !

Cher Roger,
Cher Jean-Pierre, cher Eric, chers amis,
La nouvelle des attentats terroristes simultanés dans 6 lieux parisiens qui ont fait hier soir 120 victimes et plus de 200 blessés, dont une partie de blessés graves, m’a beaucoup choquée. La dimension, la violence et la terreur de ces attentats dépasse l’imagination. Cette attaque atteint non seulement Paris mais nous tous et notre démocratie.
Au nom de tous les habitants de Meerbusch et en mon nom, je tiens à vous exprimer toute ma compassion et mon soutien. En ces heures douloureuses et de doute nos pensées vont aux familles et proches des victimes et des blessés, en souhaitant un prompt rétablissement à ces derniers. Chers amis, nous sommes à vos côtés et nous sentons liés au deuil et à la douleur de tous les français.
Angelika Mielke-Westerlage
Maire de Meerbusch

Freundschaft ist kein leeres Wort, insbesondere wenn es um Meerbusch und Fouesnant geht. Schon am nächsten Tag nach der tragischen Attentats in Paris hat Angelika Mielke-Westerlage, Bürgermeisterin von Meerbusch diese Mitgefühlnachricht an Bürgermeister von Fouesnant Roger Le Goff und an das Partnerschaftskomitee zukommen lassen. Viele unserer deutschen Freunden haben sich auch gemeldet. Danke!

Lieber Roger,
lieber Jean-Pierre, lieber Eric, liebe Freunde,
die Nachricht über die zeitgleichen Terrorangriffe auf 6 Orte in Paris am gestrigen Abend, bei denen 120 Menschen ihr Leben verloren und mehr als 200 Menschen zum Teil schwer verletzt wurden, hat mich tief bestürzt. Die Dimension des Anschlages, der Gewalt und des Terrors, übersteigt das menschliche Vorstellungsvermögen. Es war ein Anschlag nicht nur auf Paris sondern ein Anschlag auf uns alle, auf unsere freiheitliche Demokratie.
Im Namen aller Bürgerinnen und Bürger von Meerbusch und in eigenem Namen spreche ich Euch meine Mitgefühl und meine tiefe Anteilnahme aus. In der Stunde des Leidens und der Verzweiflung sind unsere Gedanken bei den Familien und Angehörigen der Toten und bei den Verletzten, die hoffentlich bald wieder gesund werden. Wir sind an Eurer Seite, liebe Freunde und fühlen uns in der Trauer und im Schmerz mit allen Menschen in Frankreich verbunden.
Mit freundlichen Grüßen
Angelika Mielke-Westerlage
Bürgermeisterin der Stadt Meerbusch

Les fouesnantais à Meerbusch pour le marché de Noël

Winterwelt-MeerbuschUne nouvelle rencontre des Anciens Jeunes est programmée début décembre à Meerbusch à l’occasion du marché de Noël. La tradition de ces marchés est très forte en Allemagne et chaque commune – et même chaque quartier – organise le sien.
Le jumelage tiendra ainsi un stand sur la marché de Lank le dimanche 6 décembre après-midi. avec dégustation d’huîtres, de vin blanc et de quelques spécialités bretonnes. Au programme sont également prévues les visites de marchés de Noël à Kempen et Düsseldorf et au Winterwelt de Büderich.
Ce déplacement est aussi l’occasion pour le jumelage de faire découvrir Meerbusch à d’autres associations en vue de créer de nouveaux échanges ou de redonner du souffle à d’autres. Ainsi, une délégation de la Pétanque Fouesnantaise, des Cyclos Fouesnantaéis, de Fouesnant-Patchwork, de la chorale l’Echo des Vagues accompagnera le groupe. c’est pour certains leur première visite à Meerbusch.
Une cérémonie sera organisée en hommage à Rolf Cornelissen, décédé récemment.vDüsseldorfer Weihnachtsmarkt
Anlässlich des Weihnachtsmarkts wird Anfang Dezember ein neues Treffen der Anciens Jeunes in Meerbusch stattfinden. Die Partnerschaft wird am Sonntag 6. Dezember in Lank einen Stand aufbauen und Austern, Weißwein und bretonische Spezialitäten anbieten.

Weitere Weihnachtsmark-Besichtigungen stehen auch schon im Programm, u.a. zum Winterwelt in Büderich.
An dieser Reise nehmen auch andere Vereine aus Fouesnant teil, um neue Austausche zu gründen, bzw. wieder lebendig zu machen: Boules-Spieler, Radfahrer, Quilt-Club, Chor L’Echo des Vagues werden u.a. dabei sein. Einige sind dann zum ersten Mal in Meerbusch.
Am samstag, 5. Dezember findet an Rolf Cornelißens Grad ein Gedenkfeier statt.
Nikolausmarkt Lank

Rolf Cornelissen, Fouesnantais de cœur

2012-Mag-FouesnantPour la première fois en 2012, à 85 ans, Rolf Cornelissen avait raconté sa jeunesse allemande et évoqué les années sombres d’un conflit qui a embrasé nos deux pays. Au cœur des épreuves vécues est enraciné son attachement indéfectible au jumelage Fouesnant-Meerbuch qu’il a lancé avec quelques personnes de bonne volonté en 1967. Voilà 45 ans déjà.
Texte : Jean-Yves Le Dréau pour Fouesnant Magazine (juillet 2012)

Rolf Cornelissen est né le 5 avril 1927 à Krefeld, en Rhénanie, sur la rive gauche du Rhin. Fils unique, il vit dans un quartier bourgeois. Son père, journaliste, deviendra député du parti catholique « Zentrum ». « Il avait été soldat durant la première guerre mondiale. Il me racontait les horreurs qu’il avait connues. Déjà, nous pensions que la France et l’Allemagne devaient désormais marcher main dans la main. En 1941, Goebbels a fait fermer le journal où il travaillait parce qu’il ne défendait pas les idées nazies ».
Rolf, lui, va au lycée mais est contraint de porter la croix gammée et de faire partie des Jeunesses Hitlérienne sous peine d’être chassé de l’établissement. « Tous nos professeurs étaient nazis. En février 1943, après Stalingrad, Hitler a décidé que les élèves devaient servir dans la défense antiaérienne. Je n’avais pas 15 ans. En septembre 1944, à 17 ans, je suis devenu soldat et je me suis retrouvé en Alsace dans les bunkers. Les Américains étaient déjà de l’autre côté de la frontière ». Le père de Rolf Cornelissen est à nouveau mobilisé. A 56 ans, il part pour la France dans un train de marchandises. Il sera fait prisonnier à Cherbourg.
Sous l’offensive américaine, les Allemands battent en retraite jusqu’aux Alpes. « Nous avons été arrêtés dans une ferme de Bavière, le 2 mai 1945. On nous a fait monter dans des camions. On nous a mis dans un champ entouré de barbelés où nous sommes restés sans manger durant une semaine. Nous dormions à même le sol. Heureusement un soldat a remarqué que je parlais anglais car j’avais appris la langue au lycée et on m’a pris comme interprète à Augsbourg ». Prétextant qu’il travaillait dans une ferme, Rolf finira par être libéré. S’en suivirent des semaines de marche, avec un camarade, dans une Rhénanie dévastée. « C’était terrible. Personne n’avait rien à manger. Nous sommes enfin
arrivés à Düsseldorf. Tout était en ruines. A Krefeld, j’ai retrouvé mon quartier. Ma maison
était encore debout. J’ai rencontré un ami et je lui ai demandé d’aller prévenir ma mère que j’étais revenu. Quand elle m’a vu, elle est restée un long moment sans pouvoir parler. C’était en septembre 1945. Mon père ne rentrera qu’en novembre, deux mois plus tard ».
Après la guerre, Rolf Cornelissen repassera un nouveau bac dans des conditions extrêmement précaires. Les professeurs nazis ayant été privés d’enseignement, des opportunités se présentent pour faire carrière dans les écoles. Rolf obtiendra son premier poste en 1950 et épousera Hildegard (décédée en 1998) l’année suivante. Ils auront quatre enfants : Jo, Claudia, Christoph et Andrea. Tous les 4 sont dans l’enseignement.

En 1956, le jeune professeur est nommé à l’école de Strümp, une des communes qui, plus tard, formeront la ville de Meerbusch. Rapidement nommé directeur (1957), il y restera jusqu’à sa retraite en 1989.
En 1962, le Général de Gaulle se rend en Allemagne pour retrouver Konrad Adenauer. Il prononce un grand discours à Düsseldorf. Rolf Cornelissen est dans la foule avec ses élèves. « Venez en France pour nous connaître » lance le Général. Il n’oubliera jamais l’invitation. Aussi, quand une demande d’échanges provenant d’une ville française paraît dans le journal local, il n’hésite pas. Bravant le scepticisme voire l’hostilité de certains de ses concitoyens, Rolf et quatre de ses amis montent dans un bus Volkswagen et quittent la Rhénanie pour la pointe de la Bretagne. Après deux jours d’un voyage éprouvant, ils arrivent sur la place de Fouesnant, le 9 mars 1967.
Le reste appartient à l’histoire d’un jumelage exemplaire à tous égards.

Zum ersten Mal, hatte Rolf Cornelissen in 2012 mit 85, seine deutsche Jugend und die grauen Jahren des Konflikts ziwschen Deutschland und Frankreich erzählt. Diese Jugendnarbe hat die Partnerschaft Fouesnant-Meerbusch inspiriert, die er 1967 mit einigen guten Willen schöpfte.

Rolf Cornelissen war am 5. April 1927 in Krefeld geboren, auf die linke Rheinseite. Als Einzelkind, lebt er in einem gutbürgerlichen Stadtteil. Sein Vater war Journalist und wurde Abgeornete der katholischen Partei « Zentrum ». « Er war Soldat im ersten Weltkrieg gewesen, und erzählte mir das Grauen, was er elebt hatte. Es wurde uns schon klar, dass Frankreich und Deutschland Hand in Hand lebten mussten. 1941 wird die Zeitung wo mein Vater tätig war, nach Goebbels-Befehl geschlossen, weil sie die Nazis-Ideen nicht vertritt ».
Rolf geht ins Gymnasium, muss aber das Hakenkreuz tragen und in Hilterjugend eintreten, damit er überhaupt weiter im Gymnasium bleiben kann. « Alle unsere Lehrer waren Nazis. Im Februar 1943, beschloss Hilter, dass die Schüler für die Luftverteidigung dienen mussten. Ich war kaum noch 15. Im September 1944, mit 17, bin ich Soldat geworden, ich war dann in Bunkers in Elsaß. Die Amerikaner waren schon auf der anderen Grenzenseite ». Der Vater von Rolf Cornelissen ist wieder eingesetzt. Mit 56, fährt er in einem Güterzug nach Frankreich. Er wird in Cherbourg gefangen.
Vor den Amerikanern, wiechen die Deutschen bis in die Alpen zurück. « Wir wurden auf einen Bauernhof in Bayern am 2. Mai 1945 gefangen. Wir mussten in LKWs einsteigen. Dann blieben wir eine Woche lang in einem Feld mit Stacheldrahtzaun, ohne was zu essen. Wir schliefen auf dem Boden. Zum Glück hattte ein Soldat bemerkt, dass ich Englisch konnte – ich hatte ja Englisch zur Schule gelernt –  und ich wurde dann Dollmetscher in Augsburg ». Rolf nimmt dann zum Vorwand, dass er auf den Bauernhof arbeitete, und wird schließlich befreit. Es folgen langen Wochen Marsch mit einem Kameraden bis ins zerstörten Nordrhein-Westfalen. « Es war furchtbar, Keiner hatte was zu essen. Wir kamen endlich in Düsseldorf an. Die ganze Stadt war nur noch Ruinen. In Krefeld, konnte ich meinen Stadtteil noch finden. Unser Haus stand noch. Ich traf dann einen Freund und bat ihn an, meine Mutter zu informieren, dass ich wieder da war. Als sie mich sah, blieb sie eine lange Zeit ohne etwas sagen zu können. Es war im September 1945. Mein Vater kam erst 2 Monate später, im November ».

Nach dem Krieg macht Rolf Cornelissen die neue Abitur in kaotischen Umständen. Da die Nazi-Lehrer nicht mehr unterrichten durften, gab es Gelegenheiten sich als Lehrer zu bewerben. 1950 bekommt Rolf seine erste Stelle, ebenso wie seine Frau Hildegard ( † 1998 ) im nächsten Jahr. Rolf und Hilde haben 4 Kinder: Jo, Claudia, Christoph  und Andrea. Alle 4 sind Lehrer oder Professor.
In 1956 bekommt der junge Lehrer Rolf Cornelissen eine Stelle in der Martinus-Schule in Strümp. Ein Jahr später, in 1957, ist er schon Direktor und bleibt an dieser Stelle bis 1989 wo er pensioniert wird.

1962 kommt De Gaulle nach Deutschland um Konrad Adenauer zu treffen. In Düsseldorf spricht De Gaulle. Rolf Cornelissen ist dabei mit seinen Schülern. « Komm nach Frankreich, um uns kennen zu lernen » sagt der General. Er wird die Einladung nie vergessen. Als eine Anzeige aus einem französischen Stadt in der Lokalpresse erscheint, reagiert er sofort. Trotz Skepsis und sogar Feindlichkeit von einigen Mitbürgern, steigen Rolf und 4 Freunde ins Bulli und verlassen Nordrhein-Westfalen Richtung Bretagne. Nach einer anstrengenden zweitägigen Reise, kommen sie auf Dorfplatz von Fouesnant am 9. März 1967 an.
Alles weitere gehört zur Geschichte dieser musterhaften Partnerschaft.

Text : Jean-Yves Le Dréau für Fouesnant Magazine (Juli 2012)

Au revoir Monsieur Coco, une cérémonie à son image

Une délégation d’une dizaine de personnes a pu faire le déplacement aux obsèques de Rolf Cornelissen, autour de Jean-Pierre Bazin, Président du comité de jumelage, et de Roger Le Goff, maire de Fouesnant.
Malgré toute notre tristesse, ce fut une cérémonie à son image, avec des mots très personnels du père Schagen, voisin de Coco pendant douze ans. Grâce à ses paroles, nous avons trouvé lors de la cérémonie religieuse le Coco que nous aimons. Il nous a même amené à sourire, ce qui n’est pas si courant quand on perd un ami. De très nombreuses personnes se sont ensuite retrouvées à la chapelle du cimetière de Meerbusch autour du cercueil de Rolf Cornelissen pour un dernier adieu et des prises de paroles très émouvantes des maires de Meerbusch et de Fouesnant (voir ci-dessous).

Sur la tombe de Coco, de nombreuses couronnes témoignaient de l’attachement à sa personne et à son engagement permanent pour le jumelage et la jeunesse. Après la cérémonie, ses enfants ont invité tout le monde à partager un café au Strümper Hof rendant aussi ainsi hommage à leur père qui aimait tant inviter tout le monde de façon spontanée !

C’est ainsi une grande page du jumelage qui se referme sur un homme d’exception et de talent. Je connaissais Coco depuis bientôt 42 ans ; comme beaucoup d’entre nous, j’ai eu le sentiment très douloureux d’une perte de tout un pan de vie, mais aussi une paix intérieure d’avoir eu la chance de le connaître et de faire partie de cette grande aventure du jumelage pour lequel il a tant donné.

Adieux de la ville de Fouesnant à Rolf Cornelissen

Grab-von-Rolf-CornelissenEine Delegation von 10 Personen aus Fouesnant sind mit dem Präsident von Partnerschaftskomitee Jean-Pierre Bazin und Bürgermeister von Fouesnant zum Begräbnis von Rolf Cornelissen nach Meerbusch gekommen.
Trozt unserer großen Trauer, war die Trauerfeier so wie sich Coco das gewünscht hätte, dies besonders Dank Pfarrer Schagen, der 12 Jahre lang Cocos-Nachbar war. Mit sehr herzvollen Wörtern hat er uns sogar zum Lächeln gebracht, was bei Trauen von einem großen Freund nicht sehr häufig vorkommt.
In der Friedhofskapelle waren viele gekommen, um Coco einen letzten Gruß zu sagen. Die beiden Bürgermeister haben dann sehr rührende Worte gesagt (siehe unten).

Die vielen Kränze am Grab zeigten wie er für die Partnerschaft und für seinen ständigen Einsatz für die Jugend wichtig war. Nach dem Begräbnis haben seine Kinder alle in Strümper Hof zum Kaffee eingeladen ; es war auch ganz in seinem Sinn, alle spontan einzuladen!

Damit geht ein langes wichtiges Kapitel der Partnerschaftsgeschichte zu Ende. Ich kannte Coco seit fast 42 Jahren; und wie viele anderen, hatte ich am Dienstag das sehr schmerzhafte Gefühl, ein ganzes Stück meines Lebens zu verlieren. Aber auch eine interne Friede, dass ich mal die Chance hatte, Coco zu kennen und dadurch an die Partnerschaft teilnehmen zu dürfen. Diese Jumelage, wofür er soviel getan hat.

Abschied von der Stadt Fouesnant an Rolf Cornelissen

Le jumelage est en deuil : Rolf Cornelissen est mort

Le jumelage Fouesnant-Meerbusch est en deuil. Son fondateur, Rolf Cornelissen, vient de nous quitter. Malade depuis plusieurs années, il restait cependant très proche de ses amis du jumelage, encore après son retrait du comité en mars 2015.
Avec sa disparition, c’est une grande page du jumelage Fouesnant-Meerbusch qui se tourne. Ce jumelage qu’il avait créé en 1967 avec le Colonel L’Helgouach, et développé de façon extraordinaire avec son épouse Hilde et ses amis Hélène et Jean-Pierre Bazin.
Sa volonté a permis à des milliers de jeunes de se rencontrer depuis bientôt 50 ans.
Une délégation de Fouesnant se rendra aux obsèques qui auront lieu mardi 22 septembre à 10 h à Meerbusch.
coc.Meerbusch: Trauer um Rolf Cornelissen